themes/default/item_post.html.twig

Les variants brésilien et britannique officiellement identifiés en Guyane

La semaine dernière, l’Institut Pasteur de Guyane annonçait avoir identifié deux cas de variant brésilien sur le territoire. Aujourd’hui, le séquençage de quatre autres échantillons a révélé la présence du variant britannique en Guyane.

  • Par: Clément Buzalka
  • Date:

Mirdad Kazanji, le directeur de l’Institut de Pasteur en Guyane, l’avait annoncé en direct dans le journal de Radio Péyi, vendredi dernier. L’institut Pasteur a identifié, la semaine passée, deux cas de variant brésilien sur le territoire. Et ce, alors même que la Guyane connaît une amélioration de la situation sanitaire. 

« Nous avons envoyé au centre national de référence de l’Institut pasteur, une centaine de séquences. Nous avons obtenu le résultat de 114 séquençages et parmi eux, nous avons trouvé deux variants dit variant de Manaus ou encore appelé variant brésilien. Nous attendons le résultats de 23 autres séquençages mais on peut dire que nous avons une visibilité sur les différentes souches qui circulent en Guyane, notamment la présence de ces deux souches de variants de Manaus », a précisé Mirdad Kazanji, le directeur de l’Institut de Pasteur en Guyane au micro de Radio Peyi. 

Cette découverte de l’Institut Pasteur de Cayenne intervient alors que la situation sanitaire s’améliore en Guyane. Le territoire est d’ailleurs passé sous le seuil d’alerte épidémique avec un taux d’incidence de 31, 3 pour 100 000 habitants, le nombre de personnes placées en réanimation a été revu à la baisse. Un contexte épidémique qui explique la levée du plan blanc dans les trois centres hospitaliers de Guyane ce vendredi 19 février. Ce plan blanc avait été déclenché le 22 janvier dernier afin de faire face à l’augmentation importante du nombre d’hospitalisations Covid-19 mais le groupement hospitalier de territoire a toutefois souligné que « la levée du plan blanc ne signifie en aucun cas une sortie de crise ».

Près de deux semaines de séquençage

Ce lundi 22 février, l’ARS de Guyane a fait une nouvelle annonce. Après un séquençage de plusieurs jours, les médecins biologistes ont confirmé que le variant détecté chez quatre patientes le 13 février dernier était la souche britannique. Pour rappel, il y a deux semaines, quatre femmes âgées de 57 à 62 ans, résidantes de l’Île-de-Cayenne, ont développé cette forme variante de la maladie. L’une d’entre elles en était décédée. D’après les informations recueillies par les autorités sanitaires, ces personnes auraient effectué des voyages à l’étranger quelque temps avant de contracter la maladie, notamment à Dubaï.

Face à la menace que représentent les variants sur l’évolution de l’épidémie en Guyane, les autorités sanitaires, tout comme les médecins et membres du Comité scientifique territorial recommandent la plus haute vigilance et comme toujours, de conserver les bons réflexes, à savoir le respect strict des gestes barrières.