themes/default/item_post.html.twig

Kourou : deux jeunes devant le juge pour avoir tendu un guet-apens aux gendarmes

Deux mineurs kourouciens ont été arrêtés puis déférés devant le juge des enfants pour des faits de violence, des vols, mais aussi pour avoir entraîné les gendarmes dans le quartier Nobel, avant de les caillasser.

  • Par: Clément Buzalka
  • Date:

La liste des délits pour lesquels deux Kourouciens sont poursuivis est très longue pour leur jeune âge. Leurs ennuis avec la justice et les forces de l’ordre ont commencé la semaine dernière. Mercredi 28 avril, dans l’après-midi, un riverain du quartier Nobel, à Kourou, signale à la brigade de gendarmerie que deux jeunes hommes circulent sur une moto volée. Très vite, les militaires s’engouffrent dans le quartier, afin d’appréhender les auteurs de ce délit. Mais à leur arrivée, les jeunes les entraînent dans un guet-apens, soigneusement préparé, sur une place du quartier. Alors que les voleurs abandonnent leur deux-roues, ils sont rejoints par une dizaine de mineurs, qui lancent de nombreux projectiles en direction des gendarmes. La vitre d’un des véhicules pris pour cible est brisée par les jets de cailloux et de bouteilles. 

Le lendemain, les gendarmes de la compagnie de Kourou reviennent sur le lieu de cette agression et finissent par identifier, puis interpeler l’un des meneurs. Placé en garde à vue, ce jeune lycéen de 17 ans reconnaît sa participation au caillasse devant les enquêteurs. Son complice, un mineur de 15 ans, est également placé en garde à vue, vendredi. Devant les gendarmes, le duo avoue avoir circulé sur cette moto volée, une semaine plus tôt.

La liste des délits s'allonge devant les enquêteurs

Mais leurs problèmes avec les enquêteurs ne s’arrêtent pas là. Car très vite, ils vont être liés à d’autres dossiers, étudiés de près par les gendarmes de Kourou. Les investigations vont en effet confondre ces deux mineurs dans plusieurs affaires, notamment une violente agression survenue en février dernier. Le 5 février, c’est la première fois qu’ils font parler d’eux, puisqu’ils reconnaissent être impliqués dans le tabassée d’un lycéen, à la sortir de son établissement scolaire. La victime avait alors eu le poignet fracturé, et 30 d’ITT. 

Et pour l’un des deux mis en cause, ce n’est toujours pas fini. Il reconnait enfin, toujours pendant sa garde à vue de vendredi 30 avril, avoir volé la semaine avant une chaîne en or à un mineur, à Kourou. Un bijou que l’auteur du vol portait comme si de rien n’était pendant son audition. 

Pour toutes ses affaires, les deux jeunes kourouciens ont été déférés samedi 1er mai devant le procureur de la République, puis devant le juge des enfants. Ils ont été placés en liberté surveillée préjudicielle en attendant que le jugement soit rendu, prochainement. Ils risquent jusqu’à 5 ans de prison pour violences en réunion.