themes/default/item_post.html.twig

Pas de risque pour les riverains du mont Cabassou après l’éboulement

De nombreux clichés d’un pan du mont Cabassou, à Rémire-Montjoly, effondré sur plusieurs mètres, ont circulé depuis ce début de semaine, sur les réseaux sociaux. Les services de l’Etat ont enquêté sur place.

  • Par: Clément Buzalka
  • Date:

Depuis ce mardi, elles sont apparues sur les groupes de discussion ou sur les réseaux sociaux : des photographies du mont Cabassou, victime d’un éboulement. Sur les clichés, la plaie dans la forêt est nette. Sur plusieurs mètres, la zone est effondrée, laissant apparente la terre rouge. Ces photos ont rapidement alerté la population, chez qui le souvenir de la tragédie d’avril 2000 est encore douloureux.

Il y a 21 ans, au même endroit, sur la montagne Cabassou, à Rémire-Montjoly, un éboulement entraînait la mort de 10 personnes, essentiellement des riverains. Depuis, un plan d’urgence a été mis en place par les services de l’Etat, notamment pour prévenir les dangers liés aux mouvements de terrain, au mont Cabassou, mais également au niveau de toutes les montagnes de Guyane. 

Ce mercredi 26 mai, les services de l’Etat, et les experts géologues mandatés par le Bureau de recherche en géologie et minier se sont rendus sur place pour constater les dégâts de l’éboulement survenu la veille. Aucun risque n’a été démontré, pour les populations environnantes. Car l’éboulement a eu lieu dans une zone inhabitée. 

« Ces mouvements de terrain superficiels ne semblent pas en capacité de déstabiliser toute la masse terrestre du Mont Cabassou », nous indique Frédéric Tronel, directeur du BRGM de Guyane, qui précise que cet éboulement est essentiellement dû aux très fortes intempéries survenues ces derniers jours. 

Le Bureau de recherche en géologie et minier maintient une surveillance des monts aux abords des zones habitées, souvent soumis à des glissements de terrain. Et quand il y a un risque avéré pour des populations, la préfecture de Guyane ordonne des évacuations. Mais ce sera donc pas le cas pour ce qui concerne le Mont Cabassou, abimé ces derniers jours.