Rames Guyane 2018 annulée : l’organisateur s’est évaporé dans la nature

30 novembre 2018 À la une Sport


Il n’y aura pas de course Rames Guyane cette année, alors que le coup d’envoi devait être lancé ce dimanche. L’organisateur est parti avec la caisse.

D’un projet humanitaire à une escroquerie

La course Rames Guyane devait démarrer le 2 décembre prochain. Cette traversée de l’Atlantique à la rame, qui devait relier l’île de Gorée, au Sénégal, à la Guyane, n’aura pas lieu. Toutefois, Christophe Roussel, l’organisateur de la course, a totalement disparu après avoir escroqué des participants. Du jour au lendemain, plus aucune information n’était accessible au sujet de la course. Le skipper, originaire de Sète, avait repris l’organisation de la compétition depuis 2016. Pour Michel Horo, créateur de Rames Guyane, cet homme semblait dès le départ ne pas être sérieux. Christophe Roussel comptait profiter de l’édition 2018 pour sensibiliser à la mucoviscidose, dont sa fille est atteinte, nous rapportait France 3 Occitanie en octobre 2017.

Rames Guyane 2018 est devenue une course fantôme

Les participants ont appris qu'il n'y aurait pas de course d'une drôle de manière. Cette histoire a commencé comme un canular téléphonique. Fin septembre, Anthony Duflos, l’un des skippeurs, reçoit un coup de fil anonyme. Son interlocuteur lui annonce alors que la course n’aura pas lieu. Dans un premier temps, il ne prend pas l’appel au sérieux. Il décide néanmoins de mener l’enquête avec son coéquipier, Frédéric Devilliers. Là, les mauvaises nouvelles s’enchaînent : le site internet de la course a été supprimé, la base qui allait les accueillir pour un stage de survie n’a jamais entendu parler d’eux et, surtout, l’organisateur de la course Christophe Roussel s’est évaporé dans la nature. (Photo en Une : le duo Portelois Anthony Duflos et Frédéric Devilliers)

Un rameur perd 7 000 euros

Le skipper François Hoste devait prendre le départ. Alors que cette transatlantique représentait des mois d'investissement, il lui est impossible d’avoir la moindre information concernant la tenue de la course. Christophe Roussel a même poussé l’escroquerie jusqu’à louer à François Hoste un bateau dont il n’était pas le propriétaire. L’année dernière, l’embarcation était exposée au salon nautique. « C’était une solution qui me semblait intéressante donc on est parti sur une location à 14 000 euros », affirme François Hoste. Le doute s’est cependant peu à peu installé. « J’ai senti que ça commençait à dégénérer, j’ai tout stoppé. J’avais déjà payé la moitié de la location, soit 7 000 euros », déclare-t-il. Le rameur a été contacté par le véritable propriétaire du bateau qui lui a demandé de lui restituer son bien. Ils n’ont plus eu de nouvelles de Christophe Roussel depuis juin 2018. Plusieurs autres rameurs sont victimes de l’organisateur véreux.

Franois Hoste, présentait son monotype de 8 m de longueur pour 1,60 m de large et un poids à vide de 450 kg environ sur sa page Facebook.

L’homme n’est pas à son premier coup d’essai

L’année dernière, il s’est illustré en déclarant être le gérant d’une agence de voyage située à Montpellier. L’entreprise s’est retrouvée en cessation de paiement peu de temps après. Visiblement Christophe Roussel a pour habitude de reprendre des affaires et de s’en présenter comme le gérant, sans les assumer entièrement. Ainsi, l’image de la marque Rames Guyane, dont les éditions 2016 et 2017 s’étaient soldées par des échecs, se trouve à nouveau entachée.

Les skippeurs sont déçus mais restent positifs. Course ou pas course, ils feront la traversée vers la Guyane ou les Antilles. C’est l’objectif qu’ils se fixent pour 2019 ou 2020.

 

 


, , , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile