Visite express du Ministre de la Culture 

8 avril 2019 À la une Culture Politique


Franck Riester est arrivé dimanche soir en Guyane. Au pas de course, il s'est rendu dans l'Ouest guyanais. Durant cette visite, le ministre de la Culture a pu faire une point sur l'expérimentation du Pass Culture. Il a passé 24h en Guyane.

Développement culturel dans l'Ouest

Le ministre de la Culture s'est rendu à Saint-Laurent du Maroni où il a visité le Camp de la Transportation, accompagné de Sophie Charles, la maire de la commune et Rolande Chalco-Lefay, vice-présidente à la CTG en charge de la Culture. Sophie Charles, lui a présenté ses projets notamment celui de faire de l'ancien hôpital le coeur culturel de la ville. 

Franck Riester, ministre de la Culture accompagné de Patrice Faure, préfet de Guyane et de Sophie Charles, maire de Saint-Laurent du Maroni au Camp de la Transportation, vestige du bagne devenu un haut lieu de la culture dans la ville. (Photo : Ville de Saint-Laurent)

Pass Culture : une phase test dans une région où la plupart des offres culturelles sont sur le littoral

Franck Riester a ensuite rencontré les lycéens de Bertène Juminer au sujet du Pass Culture. Ce dispositif, pour l'instant en expérimentation, permet aux jeunes de 18 ans de bénéficier de 500 euros pour des activités culturelles. "Nous voyons ce que ça donne : si les jeunes l'utilisent, si les offres sont suffisantes et aussi en terme budgétaire; avant de le généraliser à toute la France" précise-t-il. "Cet outil doit répondre aux besoins. En Guyane, je pense qu'il y a un vrai enthousiame dans cette région où l'accès aux offres culturelles sont parfois difficiles", ajoute le ministre. 

Franck Riester, ministre de la Culture en Visite au Lycée Bertème Juminer. (Photo : ctg)

Pour un jeune du Haut-Maroni, par exemple, l'isolement géographique pose problème, quand on sait que la plupart des offres culturelles se situent à Cayenne et sur le littoral. Selon le ministre, "des partenariats avec la Collectivité territoriale ou la prise en compte du transport par le Pass Culture pourraient être une solution en Guyane". Doit-on imaginer que le Pass Culture financerait le vol Maripasoula-Cayenne A/R pour aller au cinéma à Matoury ?

Audiovisuel : une télé dans l'Ouest et France ô en danger

Franck Riester a répété son souhait de développer la filière audiovisuelle en Guyane et particulièrement à Saint-Laurent. La création d'une télévision dans l'Ouest est évoquée. Il souhaite également que la production cinématogrique s'y développe.  
L'occasion de revenir sur la présence des Outre-mer dans le paysage audiovisuel et la suppression de France Ô. En 2020, France Ô disparaîtra de la TNT pour devenir une plateforme 100 % numérique. La fermeture de la chaîne ultramarine nationale, basée à Malakoff, inquiète les salariés. Selon le gouvernement, la chaîne France Ô est un prétexte qui marginalise la visibilité des ultramarins dans le paysage audiovisuel public. La solution : des programmes traitant de l’Outre-mer devraient être diffusés à des heures de forte audience sur France 2 et France 3. "L'idée est que dans le cahier des charges entre France TV et les pouvoirs publics, une partie importante sera consacrée aux impératifs de diffusion des contenus audiovisuels des Outre-mer sur les autres antennes du groupe", précise Franck Riester.

Signature de conventions à Mana et Macouria

Le ministre s'est rendu ensuite à la bibliothèque de Mana où il a rencontré le maire, Albéric Benth pour la signature d'une convention cadre de développement culturel avec la commune. Fin du parcours à Macouria à la découverte de la culture amériendienne Palikour au village Norino.

Franck Riester, ministre de la Culture accompagné de Rolande Chalco-Lefay, vice président à la CTG déléguée à la Culture, Patrice Faure, préfet de Guyane reçus par les représentants du Village Norino et les élus de la municipalité de Macouria. (photo : G.Vernet /Radio Péyi)

Une signature d’une convention a eu lieu également entre la Mairie de Macouria et le Ministère de la Culture. Un acte qui donnera la possibilité à la commune de devenir un acteur fort en matière culturel. "La culture est un secteur qui nous tient à coeur. Il faut approfondir notre travail dans ce domaine pour que nos enfants soient culturellement développés", déclare Madly Marignan, 1ère adjointe au maire de Macouria. 


, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile