Montagne d’Or : Emmanuel Macron émet des réserves

7 mai 2019 À la une Ecologie Environnement Politique


Pour la première fois, le Président de la République invite la compagnie minière à revoir sa copie. Emmanuel Macron estime que ce projet « n’est pas compatible avec les ambitions écologiques ».

Ce lundi 6 mai, lors de l’annonce d’une série de mesures pour protéger la biodiversité après le rapport alarmant des experts de l’ONU, Emmanuel Macron a exprimé une réserve sur le sujet très controversé de la Montagne d’Or. Selon lui, le projet n'était pas « compatible » avec les ambitions écologiques et « en matière de biodiversité ». Il a demandé « une évaluation complète pour le prochain conseil de défense sur ce sujet ». Par la suite, « une décision formelle et définitive » sera prise en concertation avec le territoire. Des propos similaires ont été prononcé il y a quelques mois par son ministre de la Transition écologique, François De Rugy.

Dans un communiqué, la compagnie Montagne d’Or, a répondu aux critiques du président. Elle affirme « œuvrer à l’amélioration du projet pour en limiter les impacts environnementaux et favoriser le développement d’une activité créatrice de richesse et d’emplois et être ouverte à un échange constructif avec le gouvernement ». Montagne d’Or promet près de 700 emplois directs et 3 000 indirects avec 300 millions de retombées fiscales. Mais pas de quoi séduire les associations de défense de l’environnement et certains élus locaux.

Le collectif « Or de Question » ne crie pas victoire, rien n’est joué encore. « On ne va pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué », déclare Michel Dubouillé, porte-paroles du collectif et secrétaire général de Guyane écologie les Verts. Il réclame « un abandon total des filières minières industrielles ». Michel Dubouillé estime qu’il s’agit d’une « opération séduction » quelques semaines avant les élections européennes dont l’objectif est de récupérer des voix d’Outre-mer et des écolos. En effet, les propos du président sont surprenants voire contradictoires quand on sait que lui-même avait annoncé en 2017 lors de la campagne présidentielle que le projet « participe pleinement au renouveau minier de la France » dans les Echos.

Les élus Guyanais n’ont pas tardé à réagir. Sophie Charles, la maire de Saint-Laurent du Maroni, commune où s’installe la compagnie Montagne d’Or affirme que l’annonce du Président de la République va dans le sens de la position qu’elle a soutenu depuis sa prise de fonctions. « Le projet ne doit pas se faire à n’importe quel prix », ajoute-t-elle. Gabriel Serville, le député de Guyane, salue la position adoptée par le chef de l’Etat. Il appelle le Gouvernement à la « sagesse » en l’invitant à « prendre une décision définitive actant de l’incompatibilité du projet avec un projet global de développement durable de la Guyane ».


, , , , , , , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile