Élection législative partielle : Richard Joigny se déclare à nouveau candidat

21 décembre 2017 À la une Politique


Richard Joigny, porte-parole du Parti Progressiste Guyanais, se relance en campagne. Il avait réuni 5,8 % des suffrages dans la 2ème circonscription de Guyane en juin dernier.

Richard Joigny est âgé de 34, il exerce la profession de directeur des services à la mairie d’Iracoubo. Il a annoncé sa candidature ce mardi, lors d’une conférence de presse.

« Il y a un fait politique d’une importance capitale pour la Guyane qui démontre l’existence d’une organisation frauduleuse ayant pour but de truquer les élections » affirme-t-il, en référence à l’annulation de l’élection du député Lénaïck Adam, le 8 décembre 2017 par le Conseil Constitutionnel pour des irrégularités dans le scrutin. « Les juges ont annulé l’élection législative sur la forme, dès l’analyse du 1er grief […] Cependant, c’est dans l’analyse des 13 autres griefs que se trouve l’arbre qui cache la forêt sur des pratiques frauduleuses qu’on espérait ne plus voir exister en Guyane » rajoute-t-il.  Richard Joigny tire de cette affaire deux constats, il estime que « cette situation ne peut pas être le fait d’un seul homme », selon lui, Lénaïck Adam ne peut pas être seul responsable de ces fraudes. Autre constat, les fraudes sont pour lui synonymes de « laxisme ». « Si le contrôle se faisait comme il était prévu par la loi, le sentiment d’impunité n’aurait pas été si fort chez ceux qui sont tentés de tricher » dénonce-t-il.  Après sa défaite au 1er tour, Richard Joigny n’avait pas donné de consigne de vote, « j’ai laissé les électeurs libres ». Il ne pouvait pas donner de consigne de vote en faveur de Davy Riname car « il n’avait pas de position claire par rapport à la Montagne d’Or et était soutenu par Léon Bertrand », ni pour Lénaïck Adam car leurs « idéologies politiques sont opposées » précise-t-il.

« Notre combat prend encore plus de sens aujourd’hui »

Cette situation renforce la volonté du candidat à accéder au siège de député de la Guyane. « Notre combat, c’est la lutte contre un système dépassé et obsolète », progressiste et autonomiste, Richard Joigny est en faveur d’un changement de cadre institutionnel en application de l’article 74 ou d’un statut spécial pour la Guyane. Durant la conférence, il a avancé d’autres arguments pour expliquer sa candidature notamment « la lutte pour le progrès de la société » et sa volonté de faire de la Guyane, un territoire « digne, responsable et émancipé ».

Pour un rassemblement de la gauche guyanaise

Richard Joigny fait appelle à toutes les forces de gauche de la Guyane à se rassembler autour de notre candidature. Il souhaite créer un front commun de gauche. Il espère avoir le soutien de la députée sortante, Chantal Berthelot (divers gauche), qui avait été battue dès le premier tour. Il voudrai aussi renouveler l’alliance avec la Guyane insoumise qui avait lâché le candidat Paul Persdam quelques jours avant le 1er tour en juin dernier pour se rallier à lui.

Richard Joigny devra donc affronter les autres candidats déclarés : José Makébé (sans étiquette), Davy Rimane (sans étiquette) et Lénaïck Adam (LREM). Pour l'heure, les dates du 1er et 2ème tour de l'éléction législative partielle ne sont pas encore déterminées.


, ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile