Une bourde devant le lycée Léon Gontran Damas

19 décembre 2018 À la une Faits divers


Il y a erreur sur la personne au niveau du totem installé depuis plusieurs mois devant le lycée de Rémire-Montjoly. La photo n’est pas celle de Léon Gontran Damas.

Le lycée est nommé Léon Gontran Damas, du nom de l'écrivain guyanais que tout le monde connaît, co-fondateur du mouvement de la négritude. On s'attend donc à y voir son portrait devant l'établissement, mais non… Il s'agit d'Henri Frans de Ziel un écrivain originaire du Suriname.

Ce qui est assez drôle c'est que tout est fait pour les confondre. Les deux exerçaient le même métier, ils ont vécu à la même époque et dans des pays voisins. On peut l’admettre, il y a une petite ressemblance mais vraiment une petite pour ne pas faire la confusion.

Léon Gontran Damas est une grande figure pour la Guyane et pourtant personne n'avait remarqué l'erreur jusque là. Ce totem est tout de même installé devant le lycée depuis février 2018 ! C'est le résultat d'un projet mis en place par la CTG datant de 2016. 2018 fut l'année du 40ème anniversaire de sa mort. Son portrait a été présenté à plusieurs reprises dans des manifestations et dans les médias. Donc chaque jour, professeurs, lycéens et personnel du lycée passaient devant sans jamais s’être aperçus qu’il ne s’agissait pas de Damas.  

Damas auraient-il eu raison de dire "J'ai l'impression d'être ridicule" dans son poème « Solde », dans Pigments (1972) ? A qui la faute ? D’où provient la photo ? La proviseure du lycée décline toute responsabilité. Elle n’est pas à l’initiative de ce totem. La CTG de son côté rejette la faute sur le lycée ou l'entreprise qui a réalisé le totem même si c'est bien la CTG qui a payé la facture. Ce qui semble certain c’est que désormais les lycéens connaissent Henri Frans de Ziel et qu’il faudra désormais tout recommencer pour réparer cet impair.

,


, , , , , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile