Loi Blanquer : « hors-sujet » sur les copies lors de la rencontre entre les lycéens et le ministre de l’Education

9 avril 2019 À la une Education


Jean-Michel Blanquer a rencontré vendredi 5 avril les élus du Conseil national de la vie lycéenne (CNVL). Ils lui ont remis des propositions tirées de travaux menés dans tous les lycées de France. Deux lycéens Guyanais sont allés à la rencontre du ministre de l'Education nationale.

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a reçu, la semaine dernière, 62 élus du Conseil national de la vie lycéenne (CNVL). Lors de cette rencontre, ils ont pu débattre principalement autour des enjeux climatiques et environnementaux.

Des éco-délégués à l'école

Les 30 académies françaises étaient représentées par des binômes et pour la Guyane, Florence Kermel et Seïfiann Malac ont fait le déplacement. Les lycéens ont pu présenter des projets sur lesquels ils travaillent depuis plusieurs semaines nous explique Seïfiann Malac, représentant académique de la Guyane au CNVL. "Nous sommes venus avec une liste  de propositions. Nos homologues des autres académies également. Nous avons fait un tri pour lui faire des propositions concrètes", précise-t-il. La généralisation d'éco-délégués, par exemple, a été proposée par quasiment toutes les académies. Les éco-délégués se définissent comme de véritables ambassadeurs des bonnes pratiques de développement durable auprès de leurs camarades et seront par ailleurs force de proposition pour identifier des idées d’actions au sein de l’école ou de l’établissement.

Florence Kermel et Seïfiann Malac avec Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education Nationale.

Les repas végétariens ou encore favoriser les ingrédients bio dans les cantines scolaires sont d'autres éléments proposés au ministre. 

Pas le temps pour la loi Blanquer 

Les lycéens ont tenté d'aborder le sujet de la loi Blanquer. Mais il était difficile de parler de ce sujet selon Seïfiann Malac. "Le temps imparti était assez court. Nous avions 1h30 sur les sujets d'écologie", explique-t-il. Contrairement aux enseignants, l'élu lycéen de Guyane ne s'inquiète pas autant de cette loi. Il affirme avoir trouvé des réponses auprès du recteur de Guyane. "Il n'y aura pas de suppressions de postes. Tous les lycées deviendront polyvalents. Il fraudra donc des professeurs avec des réaffectations en Guyane", déclare-t-il. Le projet de loi pour une Ecole de la confiance est très contesté par les enseignants, surtout en Guyane où ont eu lieu plusieurs grèves depuis la rentrée. 

A savoir, les élus lycéens rencontrent quatre fois le ministre de l'Education durant leur mandat de 2 ans. Chaque mois, ils sont en visioconférence avec le ministre pour répondre à quelques questions. 


, , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile