L’ Ambassadeur du grand plan investissement pour le volet agricole en visite en Guyane

5 février 2019 À la une Agriculture


Ce lundi 4 février 2019, se tenait à l'hôtel Territorial, une rencontre entre l'Ambassadeur du grand plan investissement pour le volet agricole, actuellement en visite sur le territoire, et les acteurs économiques locaux du secteur.

Ce grand plan d’investissement leur a été présenté par Olivier Allain lui-même agriculteur, vice-président de la région Bretagne et ambassadeur de ce projet. Actuellement en visite, il est allé à la rencontre des agriculteurs guyanais. L'objectif est d’aider à développer et faire connaitre les financements disponibles pour les acteurs économiques. Cette visite lui permettra d'identifier dans chaque région des projets structurants et innovants représentatifs de la transformation souhaitée par le gouvernement.

En effet, doté de 5 milliards d'euros sur 5 ans, ce volet agricole est articulé autour de 3 axes :

– l'accompagnement de la transformation, notamment agro-environnementale et climatique

– le renforcement de la compétitivité et la structuration des filières

– le soutien à l'innovation et à la recherche

Faciliter l’investissement agricole

Durant son séjour, Olivier Allain, a pu constater des nombreuses possibilités pour développer l’agriculture. Il a désormais bien conscience qu’il faut aider les agriculteurs à investir. « Nous avons vu des agriculteurs qui ont déjà investi. J’ai visité par exemple une production de pitaya et un élevage. Ils ont besoin de capitaux et surtout d’une confiance des banques », précise Olivier Allain. « On a constaté que dans les Outre-mers les banques sont parfois frileuses sur le crédit. Notre dispositif fait que l’Etat garantit 80% du crédit ». Les banques devraient prêter plus facilement aux porteurs de projet pour qu’ils puissent investir et développer leur production.

Des agriculteurs plutôt septiques

Ces annonces n'ont pas convaincu Gabrielle Nicolas. « Il s’agit de choses qui existaient déjà », déclare la vice-présidente de la Chambre d'Agriculture de Guyane. « Les mesures agro-alimentaires sont dans le projet de développement régional depuis 2014 et cela représente 8 500 mesures. Ils ne parviennent pas à payer les agriculteurs. La Banque publique d’investissement propose des prêts au secteurs de l’agro-alimentaire mais pas à l’agriculture », ajoute-t-elle.


, , , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile