Journée mondiale de l’eau : la Guyane 3ème réserve d’eau douce au monde

22 mars 2019 À la une Environnement



 

Depuis 1993, le 22 mars est la journée mondiale de l'eau. Elle vise à attirer l’attention sur l’importance de l’eau. Cette année, le thème est « Ne laisser personne de côté ». L'occasion de faire un point de sur la situation hydrique de notre territoire.
 

Selon les estimations des Nations Unies, un milliard de personnes n'a pas accès à l'eau et trois milliards ont des difficultés d'accès à l'eau potable. Depuis le début de l'année, plus de 400 000 enfants sont morts faute d'accès à l'eau potable.

Des foyers restent encore sans eau potable et marqués par la pollution
La Guyane est la troisième réserve d’eau douce par habitant au monde. Pourtant, l'Office de l'eau estime que plus de 46 000 personnes ne bénéficient pas d’un accès direct à un service d’eau potable. Les populations concernées sont celles qui sont réparties entre les sites isolés des communes de l’intérieur. En zone urbaine, certains résidents des quartiers « d’habitat spontané » n’ont pas toujours accès à des bornes fontaines. Le prix de l’eau en Guyane est 20% inférieur à la moyenne nationale.

L'actualité liée à l'eau en 2018 a été marquée par la crise à Sinnamary à la fin du mois de septembre. Les 3 000 habitants de la commune ne peuvaient plus consommer l’eau du robinet. En cause, une pollution constatée  à proximité de la station de captage de la crique Yiyi, de nombreux poisson ont été retrouvés morts. Plusieurs tests ont été réalisés, ils n'ont révélé aucune anomalie. L'interdiction a été levée par les services municipaux.

Trois citernes d’eau ont été mises à disposition des habitants de Sinnamary.

 

En janvier 2018, deux enquêtes épidémiologiques rendues publiques à Cayenne ont fait état d'une contamination nouvelle au plomb sur l'ensemble de la Guyane, et du maintien de l'intoxication au mercure dans les villages autochtones de l'intérieur. La Cellule interrégionale d'épidémiologie (Cire), lors de la restitution publique de cette enquête inédite sur la contamination au plomb en Guyane, "Guyaplomb", menée de 2015 à 2017 sur près de 600 jeunes Guyanais de moins de 6 ans a confirmé une situation prévisible.


Des efforts réalisés par plusieurs acteurs concernés

La Communauté d'Agglomération du Centre Littoral (CACL) a investi près de 6 millions d'euros en 2019 pour l'alimentation, l'extension de réseaux et la sécurisation de la desserte en eau sur le territoire de l'Agglo.Depuis janvier 2017, les financements de l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB) ont augmenté de 40% en Guyane, ce qui a permis la concrétisation de plusieurs projets sur l'ensemble du territoire.

Des travaux de sécurisation du réseau d’eau potable et changement de la canalisation qui ont débuté le 11 mars 2019 sur le pont de la Rivière de Cayenne. (Photo : P.Labonté)

Pour la journée mondiale de l'eau, l'Office de l'Eau de Guyane, garant de la bonne gestion durable de l’eau sur le territoire, a organisé « Aqua tu penses ? », une soirée spéciale à l’Agora. L'idée est de profiter de la projection d’un blockbuster pour attirer puis sensibiliser le grand public à la pollution des milieux aquatiques et plus généralement à la ressource en eau et son utilisation responsable.

 


, , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile