Incendie Notre-Dame de Paris : les catholiques de Guyane attristés

16 avril 2019 À la une Culture Religion


A Cayenne, à 8 000 km de Paris, l'émotion est grande après l'incendie qui a eu lieu à la cathédrale emblématique. Nous avons recueilli la réaction d’Emmanuel Lafont, l’évêque de Guyane et des fidèles avant la messe hier soir à la cathédrale Saint-Sauveur de Cayenne.

L’effondrement de tout un symbole pour Monseigneur Lafont

Les premiers mots de Monseigneur Laffont lors de sa messe, hier soir concernaient l’incendie de la cathédrale de Notre Dame. Pour le chef de l’Eglise en Guyane, c’est tout un symbole de la chrétienté qui s’est effondré. « La cathédrale parisienne est un symbole extrêmement fort pour la France et pour l’Eglise. Les chrétiens sont à la fois dévastés et en prière mais ne perde pas confiance. Je suis très touché des réactions à travers le monde », affirme Monseigneur Lafont. Ce type d'événement tragique permet de rassembler les chrétiens et les Français souligne l'évêque de Guyane. « C’est dans les moments de deuil que l’on se retrouve. Ce moment peut être considéré comme un moment de deuil qui rassemble beaucoup plus que la famille catholique », précise Monseigneur Lafont, qui a déjà célébré des messes à Notre-Dame. La dernière fois c’était lors d’une messe dédier à la communauté catholique Antillo-Guyanaise de Paris.

Des fidèles de l’Eglise affectés par l’incendie

L’incendie s’est déclaré aux alentours de 16h50. Les causes seraient liées aux travaux de rénovation de l'édifice, selon un communiqué des pompiers de Paris. Comme partout dans le monde, les catholiques de Guyane ont suivi les informations sur leurs différents écrans. A 18 heures, lors de la messe de lancement de la semaine Sainte, la tristesse régnait à la Cathédrale Saint-Sauveur de Cayenne. Pour certains fidèles, « il faut se tourner vers la prière », d’autres n’avaient pas prévus de se rendre à la messe mais l’actualité les a poussés s’y rendre « pour venir en soutient aux catholiques de Paris ». « En décembre, j’y étais en plus. Ça fait mal mais les catholiques vont remonter la pente car Dieu est grand », affirme une fidèle. « Le seigneur est-il fâché ? En début de semaine Sainte, pourquoi ça arrive à ce moment-là ? », s’interroge une autre.

Néanmoins sur les réseaux sociaux, on peut lire de nombreux commentaires d’internautes qui dédramatisent l’incendie sans pour autant nier l’importance de l’édifice. En rappelant qu’il n’y a pas eu mort d’hommes et que d’autres catastrophes dans le monde passent sous silence malgré les nombreuses victimes.

La reconstruction est déjà sur toutes les lèvres

Le Président Emmanuel Macron sur place hier soir a promis de rebâtir l’édifice parisien, « un lieu hautement symbolique qui représente notre histoire », selon ses mots. Il a annoncé le lancement dès aujourd’hui d’une collecte nationale sur le site internet de la Fondation du patrimoine. En attendant, il faut s'habituer à cette image de monument calciné et amputé de sa flèche.


, , , , , , , , , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile