Echec de la fusée Vega : « Nous faisons un métier difficile »

11 juillet 2019 À la une Spatial


Jean-Yves Le Gall, le président du CNES réagit après l’échec du lancement de la fusée italienne Vega. Le 15ème vol du lanceur Vega devait mettre en orbite ce mercredi 10 juillet 2019 le satellite FalconEye1 pour les Emirats Arabes Unis. Initialement prévu le 5 juillet, ce vol a subi plusieurs reports à cause d'une mauvaise méteo.

Hier soir, à 22h53 la fusée décolle du Centre Spatial Guyanais à Kourou mais au bout de 5 minutes de vol la trajectoire du lanceur dévie et le tir VV15 fit chou blanc. La fusée est détruite par les techniciens de la sauvegarde puis plonge dans l’océan Atlantique. Il s’agit d’une perte d’environ 300 millions de dollars. Pour l’heure, les causes de ce dysfonctionnement sont inconnues.

À la suite de l’échec du 15ème lancement de Vega, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a déclaré :

 « Cet échec de Vega nous rappelle une fois encore que nous faisons un métier difficile, où la frontière entre le succès et l’échec est extrêmement ténue. Il est d’autant plus inattendu qu’il intervient après 14 succès qui avaient démontré la maturité de ce système de lancement. Nos équipes vont immédiatement se remettre au travail pour analyser, comprendre et corriger les causes de cette défaillance afin que nous puissions repartir en vol dans les meilleurs délais. »

Le VV15 était le sixième lancement de l’année 2019 et le quinzième tir Vega depuis le début de son exploitation en 2012 par le Centre Spatial Guyanais. Il devait mettre en orbite le satellite FalconEye1, un satellite militaire d’observation de la Terre pour le compte des Émirats arabes unis. Ce satellite d’observation de la Terre a été développé par le consortium mené par Airbus Defence and Space en tant que mandataire et Thales Alenia Space en co-maîtrise d’oeuvre.

 


, , , , , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile