Démolition du squat « Catéco »

20 mars 2019 À la une Aménagement Social


Opération de démolition du squat situé à la zone Collery II derrière l’Hyper U Cayenne, ce mercredi 20 avril 2019.

Au total, 19 maisons ont été détruites, 355 personnes délogées et 4 personnes en situation illégales interpellées. C'est le bilan de l'opération de destruction et d'expulsion qui s'est déroulé ce mercredi matin. Une opération qui a mobilisé plusieurs services d’ordre comme la gendarmerie, la police nationale et municipale. Les services sociaux tels que le SAMU social, le Centre Communal d'Action Sociale de la ville de Cayenne et la CTG étaient aussi présents.

Quel accompagnement des familles pour le relogement ?

Au cours de la matinée un QG a été implanté sur le site afin de recenser toutes les personnes susceptibles de bénéficier d'un relogement. Le Centre Communal d'Action Sociale de la ville de Cayenne (CCAS) a pris part activement à cette opération, afin de répondre rapidement aux cas les plus urgent. Ils étudient d’abord la situation administrative, à savoir si la personne est en situation irrégulière ou pas pour bénéficier d’une solution d’urgence. Les personnes en situations de handicap ou personnes âgées sont aussi prises en charge en priorité. « Il y a des solutions qui sont proposés à chaque personne : hébergement temporaire ou hôtel », précise Réginaldo Grâce-Etienne, directeur du CCAS de la Ville de Cayenne. « Il y a des familles que l’on ne pourra pas héberger au-delà d’une semaine. Celle qui auront des revenus suffisants seront reloger dans un logement tiroir », ajoute-t-il. Il s’agit de logements mis à disposition pour une période de 6 mois puis renouvelable 6 mois supplémentaires, le temps de proposer un accompagnement vers un logement définitif en justifiant la capacité de payer un loyer et toutes les charges d’un logement.

Des habitants issus de l’immigration mais pas seulement…

Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, il n'y a pas que des étrangers qui vivent dans le squat. En effet, au cours de l'opération de destruction du squat « Catéco », nous avons rencontré des Français qui ont décidés d'y construire leurs habitats, tout en sachant qu'ils s'exposaient à une expulsion. C'est le cas de Michaël, qui habitait sur les lieux depuis 4 ans. Bien qu'étant salarié, il a eu beaucoup de mal à trouver un logement et a dû, par la force des choses se construire un toit dans ce squat. « On arrive à un point où on n’a pas le choix car financièrement je ne pouvais pas faire face aux dépenses de logement », témoigne-t-il.

Il ne reste que quelques débris de cette maison (Photo : P.Labonté)

Michaël travaille dans une entreprise à proximité de ce squat. « Je trouvais le lieu pratique pour me rendre au travail en deux minutes. Jusqu’à ce jour, je n’ai pas de solution de logement définitive », ajoute-t-il. Avant l’opération de démolition, l’homme a donc cassé lui-même sa modeste baraque pour récupérer les matériaux et reconstruire lui-même une autre bâtisse sur un autre terrain. 

Les habitants du squat ont été prévenus deux mois avant l’opération. Ce mercredi, quelques familles, hommes, femmes et enfants occupaient encore les lieux. Rapidement, le terrain devrait être totalement rasé.


, , , , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile